Bagic

Vous êtes animatrice/teur dans un Mouvement d'éducation permanente, une Organisation de jeunesse ou d'aînés, un Centre culturel, une association de quartier,...

Vous travaillez dans un dispositif de prévention, de politiques urbaines, en activités extra scolaire,...

Vous développez des projets d'aide à la création et la créativité, d'expression culturelle,...

Vos projets sont féministes, interculturels, sociaux, de solidarités internationales...

Le C.I.E.P. Vous propose une formation à la coordination de projets culturels et sociaux en action collective : le BAGIC

moc

Le Mouvement ouvrier chrétien a pris acte de la décision du CDH de quitter les gouvernements régionaux et communautaires et d’appeler à la construction de majorités alternatives pour gouverner la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le climat politique actuel, terni par les affaires et par un désenchantement grandissant à l’égard du travail des mandataires publics, mérite bien évidemment des réactions fermes et radicales.

Le MOC s’interroge toutefois sur la stratégie qui vise à remplacer le PS, empêtré dans des affaires de mal gouvernance, par le MR qui tant à Bruxelles (Uccle, Ville de Bruxelles) qu’à Liège (Publifin) ou au niveau fédéral (Kazakhgate) se trouve également dans la tourmente. Rappelons que le CDH lui-même n’est pas exempt de tout reproche dans différents dossiers qui concernent la gestion de l’argent public.

L’inquiétude est également grande de voir revenir au pouvoir au niveau régional et communautaire, le MR, un parti qui n’a cessé ces dernières années de construire une politique antisociale caractérisée au niveau fédéral (saut d’index, recul de l’âge de la pension, « tax shift »…)

Qu’adviendra-t-il des dossiers emblématiques comme le Pacte pour un enseignement d’Excellence, la finalisation des accords du non marchand, la réforme des allocations familiales, l’assurance autonomie ou encore une nécessaire réforme fiscale ? Qu’adviendra-t-il aussi de la résistance wallonne au CETA ?

Les enjeux de la fin de législature sont énormes dans les entités fédérées. Il est fondamental que des politiques progressistes y soient menées. Sans quoi, les perdants seront encore une fois à trouver du côté des travailleurs avec et sans emploi, des malades et des citoyens les plus fragiles.

 

Christian KUNSCH,

Président du MOC

 

Nicolas ROELENS

Attaché de presse | Mouvement Ouvrier Chrétien | www.moc.be

Rédacteur en chef de Démocratie | www.revue-democratie.be

Tél : 02 246 38 10 | GSM : 0485 89 83 95 | Chaussée de Haecht, 579 | 1030 Schaerbeek

Communiqué de presse.
 
Le syndicat ACV-CSC et l’ONG Solidarité Mondiale-Wereldsolidariteit (WSM) seront présents côte à côte à Genève du 5 au 14 juin 2017 lors de la Conférence Internationale du Travail afin de porter un message de solidarité et d’engagement dans le but de rendre les migrations internationales de main-d’oeuvre plus humaines.
 
Cette année, la Conférence Internationale du Travail tiendra une commission spéciale sur la thématique des migrations de main-d’oeuvre. L’ACV-CSC et WSM participeront aux débats et en profiteront pour délivrer un message en faveur de flux migratoires de main-d’oeuvre davantage respectueux des droits humains et mettant la justice sociale en avant. Des partenaires issus des syndicats et organisations de la société civile d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie nous accompagneront et exprimeront ainsi un regard international sur la problématique.
 
En effet, les migrations sont trop souvent vues comme des menaces. Or, de nombreuses études démontrent clairement qu’en plus de contribuer à extraire de la précarité nombre de personnes, les migrants favorisent le développement économique et social, que ce soit dans leur pays de destination par le paiement des impôts et des cotisations sociales, mais aussi dans leur pays d’origine par les envois de fonds et le renforcement de leurs compétences.
Notre appel sera donc clair et univoque : il faut absolument que les États développent des politiques migratoires plus humaines, ce qui implique d’inverser des logiques discriminatoires qui prévalent depuis 40 ans. Une nouvelle vision des migrations devrait se fonder selon trois principes fondamentaux :
 
 Le respect des droits fondamentaux et des lois internationales ;
 L’égalité et équité pour toutes et tous ;
 La solidarité, ce qui signifie donner la priorité aux plus vulnérables.
 
Les travailleurs migrants et travailleuses migrantes doivent avant tout bénéficier des mêmes droits que les travailleurs nationaux, y compris la liberté de choisir eux-mêmes un emploi convenable et de changer d’employeur à leur propre initiative, un droit qui est souvent violé, particulièrement dans les
pays bordant le Golfe Persique-Arabe1. La non-discrimination est fortement ancrée dans le droit international. Pour se faire, les travailleurs migrants doivent pouvoir accéder à une information complète et fidèle sur leurs droits.
 
Les droits des travailleurs migrants sont clairement garantis dans les Conventions 97 et 143 de l’OIT ainsi que dans la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. Au lieu de réviser ces instruments, nous encouragerons les États à ratifier ces conventions et l’OIT à mener des campagnes en ce sens.
 
Nous prenons note également de la déclaration finale du G7 tenu les 26 et 27 mai à Taormina, qui reconnaît que « les États partagent une responsabilité dans la gestion des flux migratoires, par la protection des réfugiés et des migrants, mais surtout des plus vulnérables, comme les femmes, adolescents, enfants et mineurs non-accompagnés ».
 
Témoignage d’un travailleur migrant philippin dans le golfe persique :
 
« Mon nom est George Verzosa et je viens du sud des Philippines. Comme je ne trouvais pas d’emploi, j’ai été obligé de chercher du boulot à l’étranger. J'ai trouvé une agence qui m’a trouvé un travail en Arabie Saoudite, mais j’ai dû payer beaucoup de frais. J'ai lu le contrat et il m’a semblé correct, donc je l'ai signé. Quand je suis arrivé là, j’ai commencé à travailler dans un restaurant. Mais le contrat n’a pas été respecté. Ils ne m’octroyaient pas comme promis le salaire de base, ne me payaient pas les heures supplémentaires, je n’avais pas de jours de congés et les journées de travail étaient excessivement longues.
Avec mes collègues, nous avons décidé de parler avec notre employeur. Il nous a demandé de nous remettre au travail et a menacé de ne plus nous payer. Quelques jours plus tard, il m’a demandé de faire mes valises et j’ai été renvoyé aux Philippines, sans avoir droit au mois et demi de salaire auquel j’avais normalement droit ».
 
Témoignage recueilli par la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) international
 
Contacts presse :
- Nathalie Diesbecq (ACV-CSC) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
- Santiago Fischer (Solidarité Mondiale-Wereldsolidariteit) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / +32 478 79 32 94

Musée8

Le MOC Hainaut Centre peut vous annoncer que le Musée du capitalisme sera à Mons du 7 novembre au 15 décembre 2017. Le Mouvement et ses organisations constitutives s'investiront fortement dans ce projet.

Le Musée du Capitalisme c’est quoi ?

Il s'agit d'un musée itinérant (http://www.museeducapitalisme.org/fr/index.php)

Si le terme « capitalisme » est souvent utilisé, il reste peu expliqué. En effet, aujourd'hui plus que jamais, beaucoup méconnaissent les mécanismes d'un système auquel ils prennent pourtant part quotidiennement. Vulgariser celui-ci semblait donc nécessaire.

Outre le fait de connaître ses espoirs et ses limites, il s´agit d'amener un espace de réflexion et de discussion sur le capitalisme. En sortant du Musée du Capitalisme, chaque visiteur aura, on l'espère, acquis les outils nécessaires pour s'affirmer au mieux dans sa citoyenneté.

En plus des visites du Musée, le MOC HC et ses organisations constitutives mettront en place une série d'activités autour du capitalisme. Plus d'infos sous peu.

pacte

Date : 18 mai 2017 – De 17h à 20h.

Lieu : rue Margueritte Bervoets, 10 – 7000 Mons

Frédéric Ligot – Secrétaire politique MOC National – et Bernard Detimmerman – Permanent CSC Enseignement – interviendront pour nous expliquer le pacte d’excellence : 


• Les aspects positifs et négatifs 
• Les conséquences de ce pacte pour le parcours scolaire des enfants
• Le lien avec l’insertion socioprofessionnelle et donc, les enjeux du Pacte par rapport à la formation
• Les conséquences pour l’extrascolaire et l’accueil

L’accueil se fera de 17h à 17h30.
L’entrée est gratuite et un verre de l’amitié sera proposé. 
Contact : Alexandra CULIN : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 065.35.39.63

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
logo vf logo mc
 Logo EP CSClogo 
logo joc 2016  

logo ciep quadri copieLogo AIDsolomond logo

 

© 2016 MOC Hainaut-Centre - Admin