Secuwars

Se passer des remboursements de soins de santé, des allocations familiales ou encore des pensions. Ça vous tente ? Le jeu en ligne Sécu Wars vous permet de vous projeter dans un monde sans sécurité sociale et de tester ainsi votre degré de résistance. Un jeu de mise en situation qui restera, on l’espère, de la science-fiction ! Les Equipes Populaires et le CIEP lancent une large campagne de sensibilisation sur les dangers de la privatisation de la sécurité sociale. Cette action se double d’une pétition citoyenne en faveur de l’investissement dans les Paradis Sociaux.

Conscientes qu’il est difficile de capter l’attention du grand public sur un sujet très complexe, les deux organisations ont réalisé un jeu en ligne (voir annonce ci-contre) pour (re)mettre les enjeux de la Sécurité sociale au centre de l’attention de manière simple et ludique. Ce qui nous parait particulièrement crucial dans un contexte où l’actualité des « Paradise Paper » nous rappelle l’urgence d’un changement de cap. Selon Le Monde, le manque à gagner de l’évasion fiscale pour les Etats dépasse les 350 milliards € /an.

Régulièrement des voix s’élèvent pour regretter le « chacun pour soi » et l’individualisme. Pourtant, Il suffit de se tourner vers la Sécurité sociale pour se rendre compte que la solidarité est une réalité très concrète. Tous les jours, des millions d’hommes et de femmes s’entraident et se soutiennent à travers ce système, qui représente la plus grande propriété sociale et collective de Belgique (25% du PIB).

La « Sécu » constitue un bien collectif qui améliore notre santé (consultations, hospitalisations) et nos emplois (maladies professionnelles, accidents du travail, chômage). Elle est présente à tous les âges (de l’enfance à la pension) et dans nos loisirs (vacances). La « Sécu » NOUS appartient et améliore la qualité de notre vie.

Malheureusement, ces dernières années, la Sécurité sociale est attaquée à des degrés divers par les gouvernements successifs.

Qui l’attaque ?

Eux, entre autres :

Bart De Wever (N-VA) : "Il n'y a que dans la sécurité sociale que nous pouvons encore grignoter de l'argent." (De Tijd, 9 janvier 2016)

Pierre-Yves Jeholet (MR) : "Le chômage n’est pas une rente." (Le Soir, 28 août 2017)

Vincent Van Quickenborne (Open VLD) : "Afin d'augmenter la différence entre ceux qui travaillent et ceux qui ne le font pas, la pension des chômeurs de longue durée doit encore diminuer."

(De Standaard, 29 septembre 2017)

Les gouvernements sociaux-démocrates, de centre-gauche ou de centre-droit, ont porté quelques coups à la Sécurité sociale essentiellement en avançant le prétexte du « trou de la sécu ». Depuis 2014 et la constitution du gouvernement MR - Open VLD - N-VA, la Sécurité sociale est même ouvertement attaquée dans ses fondements. Ce gouvernement se situe dans une ligne néolibérale pure et dure qui cherche à détricoter petit à petit les branches de la sécurité sociale au profit d’assurances privées. On ne compte plus les attaques menées à l’encontre de la « Sécu ». Entre-autres : l’augmentation de la déductibilité fiscale des assurances pension. Cela fait plaisir aux personnes à moyen et haut revenus, mais ce cadeau fiscal supplémentaire aurait pu servir à renforcer la pension légale et donc bénéficier à tous.

En matière de santé, le ticket modérateur est de plus en plus élevé, ce qui rend l’accès aux soins de plus en plus difficile (médicaments, dentiste, kiné...).

En matière de chômage, toute une série de mesures de dégressivité des allocations et d’exclusion du chômage ont été renforcées.

Rappelons que sans Sécurité sociale, 47 % de la population vivrait sous le seuil de pauvreté (contre 16% actuellement).

Face à ces constats, les Equipes Populaires et le CIEP invitent les citoyens à marquer leur attachement à la Sécurité sociale en interpellant les politiques via une pétition en ligne :

Plus d’infos : www.secuwars.be

musée3

Le musée du capitalisme arrive à Mons !

Le MOC Hainaut Centre a le plaisir de vous annoncer que le musée du capitalisme sera accueilli à Mons à la Maison Folie du 7 novembre au 14 décembre 2017.

Mais le musée du capitalisme c’est quoi ?

Il s’agit d’un musée itinérant qui vise à mieux comprendre le concept de « capitalisme».

Si le terme « capitalisme » est souvent utilisé, il reste peu expliqué. En effet, aujourd’hui plus que jamais, beaucoup méconnaissent les mécanismes d’un système auquel ils prennent pourtant part quotidiennement. Vulgariser celui-ci semblait donc nécessaire.

Outre le fait de connaître ses espoirs et ses limites, il s’agit d’amener un espace de réflexion et de discussion sur le capitalisme. En sortant du musée, chaque visiteur aura, on l’espère, acquis les outils nécessaires pour s’affirmer au mieux dans sa citoyenneté.

En plus des visites du musée, de nombreuses activités seront également organisées, en lien avec une réflexion sur le capitalisme. Ces dernières sont gratuites, à l’exception de la pièce de théâtre du 21/11 (« Alimentaire Mon Cher Watson ! »). Vous trouverez dans le dossier de presse ci-joint l’ensemble du programme et les informations pratiques nécessaires.

Les partenaires du projet sont les Equipes Populaires, Vie Féminine, la CSC, les JOC, Solidarité Mondiale et le CIEP, ainsi que Mars et l’asbl Musée du Capitalisme.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un programme copieux. Nous espérons que nous aurons l’occasion de vous croiser à la Maison Folie lors de l’une des activités proposées.

Dominique GEEROMS,
Secrétaire Fédéral MOC Hainaut Centre

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
logo vf logo mc
 Logo EP CSClogo 
logo joc 2016  

logo ciep quadri copieLogo AIDsolomond logo

 

© 2016 MOC Hainaut-Centre - Admin